Tortuga’s bank: Un polar explosif par André Blanc

Tortuga’s bank: Un polar explosif

Titre de livre: Tortuga’s bank: Un polar explosif

Éditeur: Éditions Jigal

Auteur: André Blanc


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Tortuga’s bank: Un polar explosif.pdf - 32,126 KB/Sec

Mirror [#1]: Tortuga’s bank: Un polar explosif.pdf - 40,431 KB/Sec

Mirror [#2]: Tortuga’s bank: Un polar explosif.pdf - 40,541 KB/Sec

André Blanc avec Tortuga’s bank: Un polar explosif

Business, blanchiment et banques exotiques… Plongée dans les coulisses du pouvoir !

On est en juillet, c’est la canicule et dans le salon d’un appartement bourgeois du centre-ville de Lyon les mouches s’en donnent à cœur joie… Le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, ruisselant de sueur, se penche sur le cadavre de l’ancien préfet, assassiné quelques jours plus tôt. Des bibles rares et hors de prix ont été dérobées tandis que, les bras en croix, le corps semble disposé pour un rituel religieux…
Au fil de l’enquête, un monde souterrain sort de l’ombre : magouilles politiques, détournement de fonds, mafia, blanchiment et banques exotiques… La ville semble être tenue par un certain Vauclin, un curieux personnage, proche du pouvoir, ancien communiste devenu affairiste sans scrupule. Matignon s’inquiète, des réseaux parallèles entrent en action… Un contrat est lancé, un flic est abattu, un autre dans le coma… Touché au cœur, Farel, ex-commando indestructible, va alors s’affranchir de la loi et réactiver son propre réseau pour se jeter dans la bataille…

Une enquête explosive et saisissante, par l'auteur de Farel et Violence d'État !

EXTRAIT

— La victime. Ce n’est pas un pékin lambda : Joseph Decosterd, soixante-dix ans, ayant assumé diverses hautes fonctions au sein des cabinets ministériels dans sa jeunesse, nommé préfet du Tarn-et-Garonne puis du Rhône. Hors-cadre depuis 1987, si tu vois ce que je veux dire.
— Je suppose qu’il n’était pas en odeur de sainteté avec le pouvoir nouvellement élu ?
— C’est fort possible, même probable, ce sera à vérifier, mais cela remonte à plus de vingt ans, ça n’intéresse plus personne… C’est tout ce que je sais sur lui pour le moment. Comme il n’a pas dû rester les bras croisés depuis 1987, on devra fouiller sa vie et ses activités de ces dernières années…
— Pour le moment rien d’exceptionnel qui puisse justifier que tu me sortes de chez moi un dimanche soir…
— C’est vrai, mais suis-moi, tu vas comprendre.
— Ton flair ?
— Non, pas mon flair, je n’ai pas d’illuminations légendaires, moi, ni d’apparitions sulfureuses, je ne m’appelle pas Guillaume Farel. Je suis un besogneux, un p’tit lieutenant.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un polar froid, réaliste, sans concession et brillamment efficace… Un vrai plaisir, même si la dissection de notre bonne société nous laisse pantois… - Un Petit Noir

Un roman policier, un roman qui dit les crimes, l'absence de scrupules de ceux qui détiennent une forme de pouvoir… Un roman avec un goût amer, un climat tendu, une fiction ? - Encres Vagabondes

Ce qui fait la force de ce roman : peu voire pas de violence ni de scènes sanglantes, un suspens savamment distillé et dosé tout au long de l’intrigue desservi par une écriture remarquable d’une incroyable fluidité. Des phrases sensibles et une émotion palpable. - Blog Les Chroniques Polars de Marine

À PROPOS DE L'AUTEUR

André Blanc est né à Lyon, second d’une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d’archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale… Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski… le vin blanc de Condrieu et… la pêche à la mouche !

Livres connexes

Business, blanchiment et banques exotiques… Plongée dans les coulisses du pouvoir !

On est en juillet, c’est la canicule et dans le salon d’un appartement bourgeois du centre-ville de Lyon les mouches s’en donnent à cœur joie… Le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, ruisselant de sueur, se penche sur le cadavre de l’ancien préfet, assassiné quelques jours plus tôt. Des bibles rares et hors de prix ont été dérobées tandis que, les bras en croix, le corps semble disposé pour un rituel religieux…
Au fil de l’enquête, un monde souterrain sort de l’ombre : magouilles politiques, détournement de fonds, mafia, blanchiment et banques exotiques… La ville semble être tenue par un certain Vauclin, un curieux personnage, proche du pouvoir, ancien communiste devenu affairiste sans scrupule. Matignon s’inquiète, des réseaux parallèles entrent en action… Un contrat est lancé, un flic est abattu, un autre dans le coma… Touché au cœur, Farel, ex-commando indestructible, va alors s’affranchir de la loi et réactiver son propre réseau pour se jeter dans la bataille…

Une enquête explosive et saisissante, par l'auteur de Farel et Violence d'État !

EXTRAIT

— La victime. Ce n’est pas un pékin lambda : Joseph Decosterd, soixante-dix ans, ayant assumé diverses hautes fonctions au sein des cabinets ministériels dans sa jeunesse, nommé préfet du Tarn-et-Garonne puis du Rhône. Hors-cadre depuis 1987, si tu vois ce que je veux dire.
— Je suppose qu’il n’était pas en odeur de sainteté avec le pouvoir nouvellement élu ?
— C’est fort possible, même probable, ce sera à vérifier, mais cela remonte à plus de vingt ans, ça n’intéresse plus personne… C’est tout ce que je sais sur lui pour le moment. Comme il n’a pas dû rester les bras croisés depuis 1987, on devra fouiller sa vie et ses activités de ces dernières années…
— Pour le moment rien d’exceptionnel qui puisse justifier que tu me sortes de chez moi un dimanche soir…
— C’est vrai, mais suis-moi, tu vas comprendre.
— Ton flair ?
— Non, pas mon flair, je n’ai pas d’illuminations légendaires, moi, ni d’apparitions sulfureuses, je ne m’appelle pas Guillaume Farel. Je suis un besogneux, un p’tit lieutenant.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un polar froid, réaliste, sans concession et brillamment efficace… Un vrai plaisir, même si la dissection de notre bonne société nous laisse pantois… - Un Petit Noir

Un roman policier, un roman qui dit les crimes, l'absence de scrupules de ceux qui détiennent une forme de pouvoir… Un roman avec un goût amer, un climat tendu, une fiction ? - Encres Vagabondes

Ce qui fait la force de ce roman : peu voire pas de violence ni de scènes sanglantes, un suspens savamment distillé et dosé tout au long de l’intrigue desservi par une écriture remarquable d’une incroyable fluidité. Des phrases sensibles et une émotion palpable. - Blog Les Chroniques Polars de Marine

À PROPOS DE L'AUTEUR

André Blanc est né à Lyon, second d’une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d’archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale… Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski… le vin blanc de Condrieu et… la pêche à la mouche !Business, blanchiment et banques exotiques… Plongée dans les coulisses du pouvoir !

On est en juillet, c’est la canicule et dans le salon d’un appartement bourgeois du centre-ville de Lyon les mouches s’en donnent à cœur joie… Le commandant Farel, chef de groupe de la BRB, ruisselant de sueur, se penche sur le cadavre de l’ancien préfet, assassiné quelques jours plus tôt. Des bibles rares et hors de prix ont été dérobées tandis que, les bras en croix, le corps semble disposé pour un rituel religieux…
Au fil de l’enquête, un monde souterrain sort de l’ombre : magouilles politiques, détournement de fonds, mafia, blanchiment et banques exotiques… La ville semble être tenue par un certain Vauclin, un curieux personnage, proche du pouvoir, ancien communiste devenu affairiste sans scrupule. Matignon s’inquiète, des réseaux parallèles entrent en action… Un contrat est lancé, un flic est abattu, un autre dans le coma… Touché au cœur, Farel, ex-commando indestructible, va alors s’affranchir de la loi et réactiver son propre réseau pour se jeter dans la bataille…

Une enquête explosive et saisissante, par l'auteur de Farel et Violence d'État !

EXTRAIT

— La victime. Ce n’est pas un pékin lambda : Joseph Decosterd, soixante-dix ans, ayant assumé diverses hautes fonctions au sein des cabinets ministériels dans sa jeunesse, nommé préfet du Tarn-et-Garonne puis du Rhône. Hors-cadre depuis 1987, si tu vois ce que je veux dire.
— Je suppose qu’il n’était pas en odeur de sainteté avec le pouvoir nouvellement élu ?
— C’est fort possible, même probable, ce sera à vérifier, mais cela remonte à plus de vingt ans, ça n’intéresse plus personne… C’est tout ce que je sais sur lui pour le moment. Comme il n’a pas dû rester les bras croisés depuis 1987, on devra fouiller sa vie et ses activités de ces dernières années…
— Pour le moment rien d’exceptionnel qui puisse justifier que tu me sortes de chez moi un dimanche soir…
— C’est vrai, mais suis-moi, tu vas comprendre.
— Ton flair ?
— Non, pas mon flair, je n’ai pas d’illuminations légendaires, moi, ni d’apparitions sulfureuses, je ne m’appelle pas Guillaume Farel. Je suis un besogneux, un p’tit lieutenant.

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Un polar froid, réaliste, sans concession et brillamment efficace… Un vrai plaisir, même si la dissection de notre bonne société nous laisse pantois… - Un Petit Noir

Un roman policier, un roman qui dit les crimes, l'absence de scrupules de ceux qui détiennent une forme de pouvoir… Un roman avec un goût amer, un climat tendu, une fiction ? - Encres Vagabondes

Ce qui fait la force de ce roman : peu voire pas de violence ni de scènes sanglantes, un suspens savamment distillé et dosé tout au long de l’intrigue desservi par une écriture remarquable d’une incroyable fluidité. Des phrases sensibles et une émotion palpable. - Blog Les Chroniques Polars de Marine

À PROPOS DE L'AUTEUR

André Blanc est né à Lyon, second d’une famille de 4 enfants. Père professeur agrégé. Fréquents séjours en Allemagne, études à Berlin. Docteur en chirurgie dentaire, passionné d’archéologie et de préhistoire. Il devient adjoint au maire de Lyon à la fin des années 80 avant de démissionner pour inadéquation totale… Il aime la tragédie classique, Racine, Shakespeare, la poésie, Hugo, Musset, la littérature, Yourcenar, Dostoïevski… le vin blanc de Condrieu et… la pêche à la mouche !